Un médecin résident en prison pour avoir choisi de sauver sa patiente!

Par - 05 Mar 2017

medecin

L’affaire de la résidente en gynécologie, accusée d’homicide volontaire après la mort d’un bébé de 25 semaines qui ne présentait aucune chance de survie, avait suscité une large polémique, surtout après l’arrestation de la résidente. Un autre cas a eu lieu, il y a quelques jours, à Gabès, là où un résident en gynécologie, également, a été placé en détention, pour erreur médicale, selon une source bien informée.
Le résident était devant un cas compliqué où la femme enceinte allait faire une hémorragie de la délivrance, une hémorragie survenant immédiatement après l’accouchement. Le résident était donc obligé de sauver la vie de sa patiente et éviter cette hémorragie, il a eu recours à l’hystérectomie, (enlèvement de l’utérus). L’acte chirurgical, s’était déroulé en l’absence d’anesthésiste réanimateur, le seul qui exerçait dans cet hôpital était Dr. Hamrouni, encore détenu en prison lui aussi.
Une fois réveillée, saine et sauve, la patiente a porté plainte contre le jeune médecin, qui venait de sauver sa vie et celle de son bébé mais qui, pour cela, lui a enlevé toute chance de nouvelle grossesse.
Il faut noter que l’hystérectomie ne se fait qu’après consentement de la patiente ou de sa famille, mais la femme était inconsciente et sa famille n’était pas présente pour donner son accord. Le résident se trouvait dans l’obligation d’opérer. Est-il fautif? Pourrait-il y avoir un détail qui mettrait en doute ses bonnes intentions?
Un vrai problème se pose et il est temps de trouver une solution législative pour qu’on en finisse avec ses mises en détention de jeunes médecins dont la seule faute, pour le moment, est d’avoir sauvé de la mort leurs patients en l’absence de moyens, matériels et humains.
A méditer.

Afef Toumi

 

Partager: